≡ Menu

Arrêtons de manger des cochonneries – Guy Deloeuvre

Arrêtons de manger des cochonneries – Guy Deloeuvre
French | PDF | 102 Mb

Obésité, insuffisance cardiaque, hypertension, diabète et même cancer. La malbouffe est aujourd’hui accusée de tous les maux. Et aujourd’hui, les scientifiques affirment même qu’elle peut avoir des conséquences sur le fonctionnement du cerveau.
Lorsque nous avalons des chips, un hamburger ou un beignet, différentes zones de notre cerveau se mettent en branle. Notre cerveau pris dans un cercle vicieux C’est d’abord notre système de récompense qui s’active. Notre cerveau libère de la dopamine. à forte dose.
C’est elle qui nous procure ce sentiment de bien -être que nous connaissons bien. L’ennui, c’est que notre cerveau, se sentant submergé, peut avoir tendance à créer de nouveaux récepteurs à dopamine. Résultat : pour atteindre un même niveau de plaisir, nous aurons besoin de manger toujours plus de fast food.
Sous l’action du sucre, c’est ensuite notre hippocampe qui s’enflamme. Or, l’hippocampe est le siège de la sensation de satiété. Lorsqu’il est attaqué, il n’a plus de cesse que de nous envoyer des signaux de faim.
Là encore, un véritable cercle vicieux ! La malbouffe s’attaque aux cerveaux des enfants Le cortex préfrontal joue un rôle majeur dans le contrôle de nos impulsions. Et celui-ci n’arrive à maturité qu’aux alentours de l’âge de 20 ans. Or, des expériences menées sur des rats le montrent, consommer du sucre à outrance peut altérer le développement du cortex préfrontal. Des adultes ayant bu des sodas en quantité dans leur enfance et leur adolescence pourraient ainsi présenter des difficultés à suivre les règles.

Download with MaX SPeeD!!!!

DOWNLOAD_OPENLOAD.CO

 

Administrator -

Leave a Comment